Accouplements Thomas


Applications

• espace

• aviation

• marine

• armement

• astronomie

• laboratoire

• métrologie

• régulation

• robotique

• automation

• machines-outils

• bancs d’essai

• commande numérique

Un accouplement miniature THOMAS correctement installé a une durée de vie très longue

Ces accouplements à lamelles (rigides en torsion) existent aussi en grandes tailles (nous consulter)

PRINCIPE

Le plateau de chaque moyeu est entraîné par le plateau qui lui fait face par l’intermédiaire d’un paquet de lamelles-ressorts superposées alternativement fixé par rivetage sur l’un puis sur l’autre plateau.

Ce rivetage assure une transmission absolue sans jeu et la rigidité des lamelles dans leur plan de travail donne une liaison sans la moindre torsion. Cependant, les plateaux n’étant pas jointifs, il en résulte une possibilité de flexion qui autorise de faibles décalages axiaux, radiaux, angulaires, permettant ainsi de compenser de légers défauts d’alignement.

La transmission du mouvement est intégrale et fidèle sans jeu et sans torsion même aux très hautes vitesses

• Flexibilité permettant des décalages axiaux, radiaux et angulaires

• Réaction extrêmement faibles sur les paliers

• Métal léger anticorrosion et amagnétique

• Lamelles cuivre-beryllium

• Résistance jusqu’à 200° C – Température minimale : -25° C

• Extrême légèreté

• Tous les éléments sont rivés donc sans jeu

• Ni entretien ni usure

• Déplacements micrométriques avec tolérances infinitésimales.

• Consignes à transmettre sans le moindre retard ni temps mort.

• Aucune inertie ne freinant le démarrage ou retardant l’arrêt et cela grâce à :

• Une absence totale de jeu (lamelles rivées)

• Une torsion nulle : les lamelles sont rigides dans leur plan.

• Une extrême légèreté, donc pas de phénomènes d’inertie.
•  jusqu’à 50 nm 150 000 tr/mn